Anonymat et émotion

Du souci pour le photographe amateur du divulguer les émotions de sujets inconnus dans la rue ou ailleurs, tout en respectant le droit à l’image et au respect de la vie privée.

Certains photographes s’en moquent et fusillent à qui mieux mieux les passants dans la rue en en tirant des portraits, certes, plein d’expression mais pas toujours à l’avantage des sujets. Et surtout sans leur moindre accord, ni explicite ni implicite, pour être ainsi publié tout en étant totalement reconnaissable.

Pour ma part trop réservé pour oser aller demander au quidam inconnu son autorisation pour que je lui prenne son portrait, je contourne le problème. Me place dans son dos. Attends que ses cheveux, sa main, un objet de son environnement cache son visage. Rende son image belle tout en ne trahissant pas son identité. Lui être fidèle à deux niveaux : le respect de sa vie privée dans celui de la beauté et de l’émotion qu’il dégage.

Portrait de dos, caché ou flouté, silhouette et contre-jour

Techniquement, cela exige de recourir à des petits arrangements techniques et graphiques. Comme , par exemple, jouer du bokeh (flou volontaire par le choix d’une profondeur de champ réduite), de cadrages parfois tordus, à du photomontage. Et au final toujours passer des heures à réaliser un tri rigoureux des clichés. Patience et chance.

Petite exposition virtuelle : Back & black & white

Et le plaisir est partagé. A l’exercer soi-même, on ne peut qu’être sensibilisé par les travaux d’autres photographes qui baladent leurs objectifs avec ce même regard intimidé envers leurs congénères.

Ainsi, ci-dessous, je vous propose une sélection de quelques photographies sur ce thème du portrait de dos, découvertes sur Flickr et assemblées dans une petite exposition toute virtuelle :

Back & black & white